Rechercher
  • Jessica Halopeau

Favoriser l'autonomie de 0 à 3 ans #1

L’autonomie se définit comme la « capacité de quelqu'un à être autonome, à ne pas être dépendant d'autrui ». L’autonomie de l’enfant peut s’envisager dans différents domaines : physique (la motricité de l’enfant, de ses capacités à réaliser des gestes, des actions), affectif (se séparer de l’adulte, de savoir s’en

éloigner et se socialiser) et intellectuel (construction de la personnalité, penser par soi-même). De 0 à 3 ans, l’enfant va développer toutes les capacités pré-existantes en lui dans ces 3 domaines. Alors, il est un enjeu, de pouvoir l’accompagner au mieux dans la conquête de l’autonomie. Dans le cadre cet article, j’ai pu recueillir plusieurs de vos témoignages de parents pour étayer et illustrer l’autonomie de 0 à 3ans … Je vous propose 3 épisodes pour traiter de ce sujet à suivre sur le blog des Petites Mains : #1 Qu’est-ce que l’autonomie et pourquoi la favoriser ? #2 L’autonomie, illustrations au quotidien #3 Les difficultés rencontrées par les parents, les ressources #1 Qu’est-ce que l’autonomie et pourquoi la favoriser ? « Faire seul », « se connaître soi-même et savoir identifier ses besoins ». Voici les termes utilisés par les parents pour définir l’autonomie de leur enfant. Comme l’ont répondu la majorité des parents interrogés, favoriser l’autonomie permet de favoriser la confiance en soi. Et un enfant qui a confiance en lui, sera plus à même de développer ses compétences dans les domaines physique- affectif-intellectuel. Permettre à l’enfant de faire seul, c’est lui permettre de savourer des tas de petites victoires, qui vont lui faire plaisir, et lui donner envie d’aller encore plus loin ! C’est donc contribuer, comme l’ont souligné ¼ des parents interrogés, à l’épanouissement et à la liberté de l’enfant. La moitié des répondants assimilent aussi le développement de l’autonomie à une perspective d’avenir pour leur enfant : lui permettre de grandir dans un monde où il saura se débrouiller, et trouver ses propres solutions, avec ses propres ressources. Oui, il est vrai que notre monde n’étant pas parfait, permettre à l’enfant de se confronter au monde réel, lui rendra service. Et très tôt, l’enfant est capable de comprendre : les dangers, les codes sociaux... Expliquons-lui. Favoriser l’autonomie améliore aussi les relations entre enfants et parents. Si certains parents interrogés parlent de « soulagement », il est en fait question d’une relation meilleure. Trop souvent, parents et enfants sont dans la confrontation. Et si l’on se repositionnait ? Si l’on essayait, au lieu d’écarter les enfants des activités que nous faisons, de plutôt les inclure ? … En adaptant l’environnement, en communiquant mieux nos émotions. Favoriser l’autonomie, c’est sortir du rapport « autoritaire » entre parent et enfant. C’est croire que l’enfant est capable de comprendre, ce que l’on prendra le temps de lui expliquer. Cela passe donc par une phase communication importante : il faut expliquer à l’enfant (même s’il ne parle pas encore !!), dès le plus jeune âge les gestes que l’on fait, les actions qu’il peut faire ou ne peut pas faire…et surtout lui expliquer pourquoi. Il ne s’agit pas, comme l’on me pose souvent la question en atelier, de se « justifier » auprès de l’enfant. Il s’agit simplement de le considérer comme un interlocuteur valable ! Prenons un exemple : Admettons que vous aviez très envie d’aller vous promener au parc d’attraction et qu’en arrivant devant ce parc, vous apprenez qu’il est fermé. Très surpris, stupéfait, déçu, car vous aviez pourtant regardé auparavant sur Internet, et vous vous voyiez déjà en train de savourer une belle pomme d’amour sur un manège… Mais la première question que vous vous posez n’est-elle pas la suivante : Pourquoi donc ce parc est-il fermé ?? N’apprécierez-vous pas qu’il soit même inscrit la raison pour laquelle ce parc est fermé, vous empêchant d’accéder à quelque chose qui vous aurait fait plaisir ? Et comprendre pourquoi ne vous aide-t-il pas à mieux « digérer » cette frustration ? L’exemple est assez simpliste, mais bien comparable à ce que peut vivre un enfant qui a très très trèèèès envie de faire quelque chose, qu’il ne peut pas faire (parce qu’elle est dangereuse par exemple) et pour laquelle son parent lui dit simplement « non ». Lui dire simplement « non », revient à se positionner en opposition. Le parent devient un obstacle à ce qu’il avait envie de faire (Alors qu’il essaie souvent, seulement de le protéger d’un danger !). Expliquons nos gestes, expliquons nos choix, expliquons les règles, expliquons les dangers. Avec des mots simples. Ainsi, favoriser l’autonomie alimente la construction de la personnalité, l’assurance de la motricité, l’indépendance, et les capacités de communication! Reste à savoir comment faire pour la laisser s'exprimer !

A suivre...

Posts récents

Voir tout